jeudi 21 novembre 2013

Woerth


On ne dit pas son nom, on le vomit : woerth. 
Cet homme politique s'est constitué une solide carapace avec toutes les casseroles qu'il trainait. A chaque fonction au moins une affaire et le mot est faible. Trésorier de l'UMP , l'affaire Bettencourt ; maire de Chantilly, financement de l'hippodrome ; ministre du budget, on citera par exemple l'affaire Tapie avec une exonération d'impôt pharaonique.
Il est évidemment le mieux placé pour donner des conseils au gouvernement. Enfin lui, il en est convaincu. 18 mois de matraquage fiscal, voici ses mots clefs. Augmentation de 1,5 % du PIB  à comparer au 1,1 de Sarko en cinq ans. Il oublie de préciser qu'une bonne part des augmentations est imputable au quinquennat précédent. Les plus impopulaires d'ailleurs, On citera au hasard : le blocage des tranches, l'écotaxe, l'augmentation de la TVA ( réduite considérablement par la gauche)...
Il est vrai que monsieur le Ministre Woerth  (oh pardon) avait quitté le pouvoir et son portefeuille depuis deux ans suite à ses ennuis judiciaires.  
Le plus triste pour les "forces" de l'alternance est que leur choix pour débattre de la réforme fiscal est si faible que nous allons supporter longtemps M. Woooeeerth.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

L'emploi pour les nuls

Non, Monsieur Macron, les emplois aidés ne dénaturent pas la politique de l'emploi. Elle est constituée de nombreux axes de développeme...