vendredi 8 novembre 2013

L'écotaxe

C'est le premier sujet politique que je traite dans mon blog. Il est probable que ce ne soit pas le dernier.
L'abandon de l'écotaxe, ou plus exactement sa suspension est le résultat de troubles sévères qui ont secoué la Bretagne.
Pour analyser ces manifestations qui sont devenues la révolte de la Bretagne avec cet emblématique bonnet rouge, je vais me placer dans la tête d'un français moyen, empathie, on ne peut plus simple car c'est mon cas dans ce domaine.
On peut se demander, qui est ce français moyen ? D'une manière générale, c'est un homme (ou une femme  d'ailleurs) qui ne se gêne pas de donner son avis sur tout en ne connaissant de ces sujets que ce que veut bien lui montrer, écouter ou même lire les médias(dans le meilleur des cas).  C'est un peu nager dans la beaufitude avec jouissance. Ceci-dit, on est toujours le beauf de quelqu'un. C'est plus facile d'être beauf quand on se laisse aller à des facilités ou à des raccourcis sans avoir pris le temps de réfléchir cinq minutes (voire cinq secondes), ou quand on crie haut et fort des niaiseries maintes fois répétées dans la petite lucarne (métaphore bien idiote quand on voit les écrans géants qui siègent aujourd'hui dans nos salons, ce sont plutôt des murs d'images...).
Alors afin de bien rester moyen sur ce sujet, j'ai fait attention a ne pas compléter mon information médiatique de premier niveau : des sujets radiophoniques en voiture écourtés par l'arrivée à destination, une interview de ministre coupée par une pub d'automobile, un sujet télévisé stoppé par l'appel du dîner, etc...Encore que je joue dans le moyen légèrement supérieur car ma radio préférée est France Inter, je ne regarde jamais TF1 et je suis de gauche. Je plaisante, sur ce dernier point, ça ne garantit pas que je sois intelligent mais ça démontre que j'ai du cœur. Bon, je sais je n'ai pas le monopole du cœur....mais je suis socialiste et hollandais de surcroît. Ce n'est pas original car de 1981 à 1995, j'étais miterrandiste (c'est curieux le logiciel me proposait mitera disette), jospiniste de 1997 à 2002 et strausskahnien pendant plusieurs années de 2007 à 2011. Non, je n'ai pas été royaliste, faut pas déconner non plus.
Ainsi, quand on reste moyen sur  ce sujet, on ne comprends strictement rien.
Car en fait, dans le désordre, ce qu'il faut rappeler, c'est que les bretons manifestent contre un gouvernement de gauche, très breton lui-même (au moins trois ministres), au sujet d'une taxe instituée par un gouvernement de droite qui avait voulu pour une fois appliquée une idée des verts par l'intermédiaire du plus centriste de ses ministres.
A ce moment-là, en français moyen, je me dis deux choses : les politiques dans leur ensemble sont vraiment coupés du peuple, il ne comprennent rien aux attentes de leur électorat et tout ça, ça va nous coûter encore un max.
Au final, que peut on constater ? La région française qui pose le plus de problèmes environnementaux  a réussi à faire suspendre l'écotaxe qui avait comme objectif avoué de collecter de l'argent afin de réduire les effets de la pollution tout en contraignant les pollueurs.
Le comique de situation ne s'arrête pas là. Qui étaient ces manifestants ? Selon les médias, il y avait bien entendu des agriculteurs, des ouvriers mais aussi des patrons. Au sein des prolétaires en colère, FO était (j'emploie l'imparfait car, par hypothèse je considère que le mouvement est terminé) en premiere ligne comme aux plus beaux temps de Bergeron, lorsque FO était connu comme le syndicat pro patronal. A l'inverse de Blondel, plutôt gauchiste qui s'est transformé en islamophobe en vieillissant.
Le Parti de Gauche, toujours enclin à soutenir le gouvernement, a manifesté  aussi mais de manière "unifiée", tout seul dans des communes voisines en réunissant glorieusement quelques centaines de participants. Monsieur Mélenchon s'étant rendu compte que le populisme commençait à envahir les esprits.
En réalité, je pense que ce mouvement a pris de l'ampleur suite aux déboires économiques de nombre d'entreprises. Ces patrons dont certains ont manque de hauteur de vue, n'ont pas anticipé les changements réglementaires, et ont réussi à entraîner derrière eux des milliers de personnes effrayées par les conséquences de ces faillites. Vous avez dit manipulation ?
En conclusion, cette pauvre petite taxe n'y était pour rien. Comment a t'elle réussi à cristalliser le mécontentement ? Il paraît que certains de droite ne sont pas bien fières.
Enfin, c'était mon avis de français moyen.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire