jeudi 7 novembre 2013

La blogosphère

Je découvre un peu tardivement ce nouveau monde, la blogosphère .
Enfin un nouveau monde, un média innovant plutôt, avec des us, des règles, des niveaux de jeu.
D'un naturel timide je lis beaucoup mais je n'ose commenter. Il est vrai que certains se délectent de bons mots, de citations en tous genres, d'opinions plus provocantes ou extrémistes les unes que les autres. Ils se lâchent quoi ! Même moi, je peux constater qu'ils sont super  à l'aise dans ce microcosme.
Chacun assume son rôle : le gauchiste râleur, le réactionnaire (pas toujours de droite), le bien-pensant, l antiraciste, le champion qu'elle que soit la question, l'historien non objectif, la fascho, le littéraire armé d'une culture improbable, le socialo, l'écolo.....j'arrête là car même si personne ne me lit je me fatigue car tant d'autres rôles sont distribués et assumés.
Mais tout ça, à quoi ça sert ? Why ?
À rien. Comme grimper l'Annapurna ou battre son record personnel du dix km en 45 mn...
Se rassurer en se disant j'écris là donc j'existe. Aller au bout de soi-même, souvent ridiculement proche.....c'est probablement pour se faire un petit plaisir.
Le blogo, le roi du billet,  le commentateur fou, ayant un avis sur tout, dégainant son opinion plus vite que son ombre, doit certainement jouir (un peu ?)  quand il réussit à prouver que ses neurones fonctionnent vite et bien, qu'il se joue des mots comme des pions, qu'il contourne l'insulte par une citation, comme un torero, d'un air de dire "voyez comme j'esquive".....
Bien entendu, je ne parle que des blogs d'opinion, de journaliste en herbe, d'écrivain amateur, de politique débutant ou de pris dans ces domaines. Les autres blogs m'intéressent moins pour pas dire pas du tout. Je me demande même quel est leur objectif. Sûrement une part d'exhibitionnisme  qui explose tout d'un coup.
Cette dernière remarque est valable pour tout le monde dans ce monde. Une crise aiguë d'ego, quoi !

Moi, ça me plait bien, j'espère bientôt avoir le courage de commenter comme j'écris aujourd'hui ...mais en mieux, non ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire