mardi 21 janvier 2014

François Hollande et 55% des hommes

Voilà un sondage qui tombe à pic.
La France serait elle le berceau de la tolérance en terme d'infidélité ?
Les événements récents montrent que les français acceptent facilement de pardonner un accroc dans le contrat réel ou moral.
Il vaudrait mieux car une enquête de l'IFOP nous apprend que 55% des hommes et 32% des femmes avouent avoir été infidèles au moins une fois.
Sur le même sujet, curieusement un site de rencontres publie des résultats sensiblement différents, les hommes ne seraient plus que 41 % mais les femmes grimperaient à 39 % d'infidèles. En la matière, l'égalité des sexes serait en marche.
On pourrait disserter longtemps pour expliquer ces écarts. La solution est simple, elle réside dans le protocole et dans le niveau de garantie du respect de la confidentialité.
A mon avis, il est probable que les deux taux les plus élèvés soient les plus proches de la réalité.
Selon comme on regarde le verre à moitié vide ou à moitié plein, l'appréciation peut en être très différente. On pourrait conclure en s'extasiant sur le constat qu'un français sur deux, au moins, est resté fidèle toute sa vie à son partenaire. Magnifique.
Un bémol, tout de même, on ne connaît pas le nombre total de partenaires aimés durant toute sa vie.

Quelques résultats me paraissent intéressants. Le potentiel d'infidélité est plus sensible chez les sympathisants de gauche que ceux de droite. Six points de plus quand même. Mais bizarrement, plus on est vieux(pas trop quand même), plus on est riche, plus on appartient à une  CSP +, et plus on est
 infidèle.
On pourrait en déduire rapidement que le profil type de l'infidèle est un homme de plus de 50 ans, cadre très aisé et de gauche. Pourquoi voudrait on que notre Président tant aimé échappe à cette règle statistique indubitable (si j'ose m'exprimer ainsi) ?

Un autre chiffre intéressant : 16 % des infidèles ont succombé à cause (grace) d'Internet. La forte croissance de l'équipement des ménages en ce domaine promet de nouvelles progressions. La croissance ne peut pas être en panne tout le temps.

L'Insee vient de terminer la collecte d'une enquête Intitulée Étude des Parcours Individuels et Conjugaux. Les thèmes abordés sont plus sages mais cette enquête réalisée pour l'Ined devrait décrire l'évolution du couple, de la famille et de la relation amoureuse sur un siècle. Jusque là les constructions du couple étaient restées relativement stables, on peut penser qu'avec internet par exemple, beaucoup de changements se sont produits.

L'infidélité semble connaître une explosion exponentielle, FH doit s'interroger sur le taux d'amants trompés. Il prend un risque en "prenant" toujours plus belle....


6 commentaires:

  1. La fidélité du couple est dans de très nombreuses cultures et ce, depuis la nuit des temps, une obligation qui pèse, à peine souvent de mort, sur les femmes.
    L'enjeu est celui de la "légitimité" des enfants : cet enjeu a perdu tout sens dans les sociétés occidentales avec les avancées technico-médicales qui permettent d'établir à coup sûr la filiation d'un enfant par " l'examen comparé des sangs".
    Cette facilité a ouvert la porte à l'insttution progressive de l'égalité entre tous les enfants d'un sujet : enfants naturels, adultérins ou pas et enfants légitimes, pour aboutir à la suppression dans le droit de toutes ces distinctions et à l'égalité en droits de tous ces enfants.
    La pression sur les femmes a donc commencé à diminuer.
    Mais, si les bons traditionnalistes judéo-chrétiens ont commencé à lâcher prise sur la question des relations sexuelles hors mariage impensables il y a 60 ans à peine, et donc sur la virginité des femmes au moment du mariage, néanmoins, subsiste dans les esprits le tabou de la fidélité dans les relations des couples, qu'ils soient mariés ou non ...
    Pour ma part, à me sentir trompée, je pourrais l'être à la simple idée que mon compagnon pourrait s'envoyer en l'air tout seul, devant un film X.
    Hein, c'est quoi tromper ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'en sais rien. En tout cas ce n'est pas en visionnant un film x sinon le taux d'infidèles approcherait les 90% et deviendrait une donnée aberrante peu appréciée des statisticiens

      Supprimer
  2. Alors vous voyez ... Pour moi qu'on le fasse ou qu'on le rêve, c'est pareil !

    RépondreSupprimer
  3. Ça y est. La valise est bouclée pour Valérie. Elle doit avoir une malle même plusieurs sans doute. Une chose de faite. Labsces est crevé. Tout le monde doit être soulagé.

    RépondreSupprimer
  4. Et pour revenir sur le dernier com je suis 100% daccord.linfidelite ne de limite pas à une pénétration. Mais visionner dautres personnes nues ou bien tchatter sur le net avc des mots plutôt hot cest bien tromper son conjoint. Cest dans la tête que ça se passe. Quand on à ce quil faut au quotidien on regarde pas ailleurs. À moins de le faire à deux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mon petit doigt me dit que vous êtes une femme....donc, il y a bien deux façons d'approcher le concept de l'infidélité, la féminine et, l'autre

      Supprimer

L'emploi pour les nuls

Non, Monsieur Macron, les emplois aidés ne dénaturent pas la politique de l'emploi. Elle est constituée de nombreux axes de développeme...