jeudi 16 octobre 2014

Macron pas si con

Le projet de loi du Ministre de l'Economie encore tout neuf fait du bruit même au sein de la Blogosphère haut de gamme
Peu d'inspiration depuis le début de la semaine, moins de 5% de batterie sur l'IPad, mon billet sera très court.
L'ouverture le dimanche, pas tous, une douzaine, moins de freins pour l'installation des pharmaciens mais pas d'ouverture de la vente des médicaments en hyper ( n'est ce pas l'essentiel?), amorcer la baisse de tarifs d'autres professions réglementées ( il n'y pas un peu d'abus du côté des notaires ?), faciliter la creation de lignes d'autocar, favoriser la transparence sur le commerce des prothèses dentaires (cela va de soi, non ?).
Les embouteillages m'ont permis de découvrir ce jeune ministre sur France Inter ce matin.
Sur la forme, il rappelle Fabius jeune. Autant dire qu'il est particulièrement brillant et qu'il est facile de lui prédire un avenir tout rose.
Il balaye avec une certaine véhémence et une réelle sincérité les critiques de la vieille gauche, celle que j'ai adorée dans les années 70. Le réduire à un banquier ou à un réactionnaire me semble pour le moins très limite pour ne pas dire minable.
Il faudra qu'il soit fort ce petit car rien ne lui sera épargné (même pas certains aspects de sa vie 
privée).
Alors son projet de loi ? J'ai résumé les grandes lignes plus haut et il est tout aussi difficile de m'extasier que de me renfrogner.
La surprise vient quand même de la libéralisation des transports en autocar. La première question qu'on peut se poser : est ce bien développement durable ? Oui si l'on considère qu'une personne ou une famille pourra prendre un car plutôt que son véhicule personnel. Il n'y a pas de ligne sncf partout, et le coût peut être dissuasif même si c'est plus rapide. Pour tout dire, j'ignorais même que cette activité fut si réglementée.
Pour le reste, c'est pragmatique, du bon sens.
Prenons l'exemple du travail le dimanche (quelques dimanches) : accéder à un commerce le samedi constitue souvent un véritable exploit, construire d'autres zones commerciales ignobles me paraît complètement idiot, refuser la possibilité de travailler à des volontaires si l'on se pare de toutes les garanties en termes de volontariat et d'avantages rémunérateurs...est ce scandaleux ?
Non, non, ce n'est pas si con , Macron !


9 commentaires:

  1. Haut de gamme ?

    Le travail le dimanche est un leurre hors région vraiment touristiques. Ca ne créera aucune activité.

    RépondreSupprimer
  2. C'est un compliment non ? C'est venu comme ça
    Avec douze dimanches c'est sur . Cela dit dans les grandes agglos je pense que ça peut favoriser l'emploi à temps partiel.
    En s'affranchissant de la nécessité de la croissance à tout prix et par la même de la surconsommation, on peut le regretter. A débattre ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais même avec 200 dimanches par ans. Les gens n'auront pas plus à dépenser. L'activité en semaine va se réduire.

      Supprimer
    2. Toujours dans les agglomérations de bonne taille, il n'est pas rare de renoncer à acceder a certains hypers le samedi....des achats sont différés ...contrairement à une part malheureusement importante de la population, certains manquent de temps mais pas d'argent pour consommer connement. L'épargne se porte toujours bien...notamment dans ces catégories .
      Philosophiquement je suis plutôt contre, économiquement suis pour

      Supprimer
  3. YA KÂ FÔCON rajoute des dimanches dans l'année ! .............
    ça arrangera tout le monde , Merde ...............

    RépondreSupprimer
  4. Le travail du Dimanche est un faux problème ,il existe déja dans la réalité ,allez demander aux employés des Simply et autres Leader si ils sont contents de travailler le Dimanche et s'ils ont le choix (le fameux accord d'annualisation ) ...de plus la recette du Lundi est réduite de 30% depuis l ouverture du Dimanche ...
    Quand au cas du Sieur Macron ,pas si con ,et oui les néolibéraux du monde industriel sont en train de coloniser le PS ,il va être difficile de prouver le contraire ,surtout quand on sait que sa dernière idée est de vendre aux privé les réseaux de transport de gaz et d électricité soit RTE et GDFgaz.....malgré le rapport de la cour des comptes sur les autoroutes on va refaire la même connerie pour avoir un tout petit bout du budget 2015 ..encore une rente assurée et sans risque prise sur le domaine public et sur les consommateurs .
    Et nous savons ce qui va se passer ,je suis prêt à prendre le pari , comme par hasard ces entreprises filiales d EDF et GDF vont continuer à construire leur bouts de réseaux en Partenariat Public Privé avec les conséquences que nous connaissons déja pour le consommateur final .
    Depuis le temps qu ils lorgnaient la dessus il fallait bien un banquier de gauche pour leur faire ce cadeau ...et quoique vous en pensiez je n appelle pas cela de l investissement créatif le fait de spéculer sur une future dette ,mais digne d un banquier libéral ,tout à fait .
    On est loin du "Moi Président ...bla bla bla .....ennemi de la finance"
    Autant je suis d accord pour les allocs et la tranche d impot ,la je suis très amer... .
    C' était mon coup de gueule du Lundi ....entre autres car je trouve que cela ne bouge pas beaucoup non plus à Villenave et il y a pourtant beaucoup à dire il me semble sur les nouveaux quartiers ...etc ....etc ....

    Source http://fr.reuters.com/article/frEuroRpt/idFRL6N0SC2G620141017

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est curieux tous les gens de gauche s'arc-boutent sur ce principe du dimanche jour de repos. Afin de respecter quoi ? Le jour du seigneur ? C'est fini depuis longtemps et en plus il y a d'autres religions pour qui le dimanche ne représentent rien (et puis toutes les religions me gonflent). La vie de famille ? Elle est en plein évolution depuis longtemps et puis il ne s'agit pas de travailler obligatoirement tous les dimanches.
      Les règles doivent être claires et les heures bien mieux rémunérées, ce qui freinera les employeurs si l'ouverture n'est pas rentable.
      Par contre, il faut que le débat reste vif sur les évolutions a venir , beaucoup sont nécessaires mais pas a n'importe quel prix.
      En ce qui concerne Villenave, je n'ai pas beaucoup d'infos sur les nouveaux quartiers en dehors de VO mag. Donc presque rien...pas eu le temps de chercher plus loin. Je ferai un tout petit billet qui vous permettra d'en dire plus si vous le souhaitez.
      Merci pour le lien ( pas de privatisation EDF...ouf ?)

      Supprimer
  5. suite....

    On se dira certes que cela n’a rien de très surprenant. Car l’Institut Montaigne est l’un des « think tanks » réactionnaires du patronat qui pèse le plus sur la vie publique. C’est lui par exemple qui a inventé ce « choc de compétitivité » que Nicolas Sarkozy avait repris à son compte, et que François Hollande avait dénoncé lors de la campagne présidentielle, avant de retourner sa veste, et d’en faire l’axe majeur de sa politique économique.
    On comprend donc que le président du Medef, Pierre Gattaz, ait chaleureusement applaudi, ce jeudi matin, sur France Inter, la création de ce mouvement « En marche ».
    Si le patron des patrons s’est montré si enthousiaste, jugeant que cette initiative était « rafraîchissante » – il a répété deux fois le terme –,c’est en effet qu’il s’agit d’une histoire de famille. Ancien associé gérant de la banque Rothschild, ministre du patronat, Emmanuel Macron crée, sans grande surprise, un mouvement politique fait pour défendre les intérêts de ceux dont il est le mandant. La petite cachotterie sur l’appui logistique dont dispose le ministre met donc au jour l’autre supercherie de l’opération, quand Emmanuel Macron prétend que son mouvement sera ni de gauche ni de droite. Pierre Gattaz dit cela aussi sans cesse du Medef. Et comme on le sait, on n’est pas obligé de le croire…
    Avis donc aux amateurs ! Il est possible d'adhérer à l'association « En marche ». Mais mieux vaut savoir avant que c'est une annexe de l'Institut Montaigne et du Medef…

    RépondreSupprimer

L'emploi pour les nuls

Non, Monsieur Macron, les emplois aidés ne dénaturent pas la politique de l'emploi. Elle est constituée de nombreux axes de développeme...