samedi 11 octobre 2014

Attali 1 - Zemmour 0

Particulièrement tendu, Zemmour savait qu'il est difficile de débattre avec un homme de l'intelligence de Jacques Attali . Il reste néanmoins étonnant, tout rétréci sur son fauteuil, les jambes nouées entre elles, les bras croisés, il est prêt à en découdre. Le non verbal, la position de son corps, de ses mains, refermé sur lui même, expriment déjà ce qu'il dira.
La position d'Attali tranche. Droit, ouvert sur les autres, il regarde tranquillement ses interlocuteurs.
Il dira par exemple que deux idéologies s'affrontent : l'idéologie de la peur 



Et celle du respect, de l'acceptation de l'autre, du respect qui porte l'avenir, l'idéologie de l'empathie, de l'altruisme, de l'ouverture au monde.
Éric Zemmour lui rétorque que c'est un homme hors sol incapable en quelque sorte de comprendre les réalités. Lui, il est là depuis mille ans et veut rester comme ça encore des milliers d'années. Il a hérité d'une civilisation, il ne veut plus que ça change.
Zemmour est dans un registre autarcique, Attali au contraire souhaite l'ouverture. 
Il est favorable au travailler plus mais à conditions que chacun s'éclate dans ce qu'il fait.
Il n'est pas dans l'héritage mais dans la transmission. Chacun doit s'intégrer....
En quelques mots, il est capable de se projeter trente ans ou cinquante plus loin et définir les contours d'une organisation mondiale avec notamment l'avènement d'un gouvernement mondial, échelon indispensable pour équilibrer les tensions économiques. 

Les quelques commentaires dont j'ai pris connaissance sont quasiment tous favorables à Zemmour.
Il est en effet plus facile de se recroqueviller sur des petites idées bien rétrécies que de faire l'effort de tenter de comprendre des concepts plus complexes, à la fois dynamisant et porteurs d'espoir. Sans le vouloir sûrement, Éric Zemmour a utilisé les mêmes postures que Le Pen, victimisation et provocation.
On pouvais l'apprécier comme chroniqueur mais comme essayiste ....
Pour se faire une idée plus précise du talent des deux personnages, il suffit de lire un des multiples ouvrages dont de très beaux romans d'Attali et un de ceux de Zemmour. Comme on dit, y a pas photo.


9 commentaires:

  1. Enfin, voyons ! Attali s'est couvert de ridicule, à la limite du gâtisme, répétant des trois ou quatre fois les mêmes grandes phrases creuses et pompeuses, totalement déconnectées du réel !

    Cela dit, je reconnais que Zemmour n'était pas au mieux de sa forme : tendu et inutilement sarcastique. La fatigue des promotions en chaîne, je suppose…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous exagérez ; qu'il ait été pompeux pour contraster un peu plus avec Zemmour mais des phrases creuses non. Il ne cherche pas à être le meilleur du réel mais de la prospective.
      Pour Zemmour, avec la fatigue le naturel revient au galop...
      Enfin une leçon a retenir, lors de la sortie de votre roman, évitez d'enchaîner les promos 😊

      Supprimer
    2. Nostradamus aussi faisait de la "prospective". Ainsi que Mme Soleil, du reste.

      Et je maintiens que son discours, ce soir-là, était totalement creux, partant de rien pour aboutir nulle part.

      Supprimer
    3. Faut pas avoir honte de ne pas savoir ce qu'est la prospective...
      Ça peut être creux et par itérations successives se remplir peu à peu...

      Supprimer
  2. @ Didstat,

    Je pense que vous avez pris connaissance du billet de Corto sur Zemmour et surtout des commentaires.

    C'est de l'amour. Ce type a mis dans le mille, je sais pas comment il a fait mais il les a ciblés, les mignons, et ils sont tout sucre et miel pour lui.

    Là je dis chapeau l'artiste!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est en effet catastrophique mais on est habitué avec les aficionados de corto. C'est curieux car ils viennent d'horizons très différents et ne voteront sûrement pas la même chose aux prochaines élections .

      Supprimer
    2. Z pourrait être un pamphletaire mais San talent littéraire . Ces constats sont d'une simplicité déconcertante quand ils ne sont pas mensongers.
      Cela dit, il n'est pas bien dangereux car il n'apporte aucune solution. Il est a la mode comme un peu Brunet qui est très c.. Mais rien à voir avec Finkie qui est un intellectuel véritable même si on ne partage que peu de ses idées..

      Supprimer
  3. Vous aimez Finkie?

    (la question n'est pas accusatrice: je l'aime bien, mais je partage pas vraiment avec lui. Ou peut être que je m'y prends mal). Perso, c'est un des types que j'aime bien et que je suis, car c'est une intelligence en éveil, une piqûre et en même temps un type dont je me sens pas obligé de tomber amoureux pour comprendre ce qu'il estime avoir à dire. Et l'effort est de son côté. Ca, c'est quelque chose que j'admire: mettre l'effort de son côté, pas le résultat.

    Sur Zemmour, ce qui m'a frappé: dans un fil de dial, il est rare qu'un sujet atteigne les 80% de "mêmes opinions", et, en plus, il est rare que ce consensus se fasse sur une seule et même personne.

    Or, quand on diffuse du Zemmour sur une "chaîne" comme Corto, le fil de dial parle: 80% des locuteurs sont ok pour Zemmour ,sur tous les sujets, ET sur le personnage.

    Comme on dit en math, c'est une identité remarquable.

    Elle ne se retrouve pas, par exemple, avec Méluche, sur des blogs comme ceux de Juan, par exemple. Et a fortiori sur ceux de Nicolas: on peut éprouver de la sympathie pour Méluche, mais on le largue rapidement sur ses idées, ou inversement.

    Or, avec Zemmour, il y a une adhésion pour le tout: sur le mec, sur ses idées, sur tout le reste.

    Donc, Zemmour est une synthèse parfaite et, pour l'instant inégalée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai un peu de mal à vous suivre mais peu importe.
      J'ajouterai juste deux choses, presque des banalités mais tant pis....
      Finkie est doté d'une intelligence torturée, d'une grande sensibilité, en plus d'une rare culture...pas en phase avec lui mais il reste touchant car un idéaliste positif ou constructif.
      Zemmour, je me répète mais il est a la mode. Il ne faut surtout pas se fier par exemple aux coms chez Corto. Il est difficile de commenter quand on est pas d'accord avec lui. Moi par exemple, je ne peux plus pour une raison que je n'ai pas encore bien saisie hormis mes opinions assez divergentes.
      Mais ce n'est pas grave, au contraire, j'apprécie la contradiction..presque toujours. Et je le garde dans ma liste de blogs...

      Supprimer