vendredi 10 octobre 2014

C'est con un blog

Mais à quoi ça sert un blog ?
Il est l'héritier de quoi ?
A quoi mesure t'on son intérêt, son succès, son "audience" ?
Quand on aura répondu a ces quelques questions, on pourra conclure tranquillement que c'est con un blog, c'est très con, c'est quasiment une nouvelle addiction pour nombre d'entre nous. Ce qui n'est pas une preuve de sa connerie mais excuse ses habitués.

Son utilité est d'abord pour parfaire un ego soit démesuré, soit en voie de le devenir, soit un remède pour lutter contre un complexe d'infériorité non encore assumé. Encore que, comme je répète souvent, laissez moi mes complexes, ils me font vivre.
Je ne sais pas trop où me classer mais d'autres trouveront à ma place et se classeront eux mêmes.
Il y a quand un autre profil : le journaliste en herbe. Je ne parle pas là du vrai journaliste, du pro, mais du blogueur qui en a presque toutes les qualités mais qui n'a pas eu l'occasion de concrétiser sa passion dans la vie réelle. Encore qu'il faut une sacrée dose d'égocentrisme pour devenir un journaliste...mais là n'est pas la question.
Alors, cette occupation succède a quoi ? Les passéistes ont sûrement une idée.
Pour ma part, je proposerais quatre possibilités :
Autrefois, cela aurait pu ressembler à un conteur...qui accepte les commentaires, ce qui était moins courant.
A un écrivain, raté ou pas, ils se creve les yeux pour gratter quelques pages tous les soirs....les commentateurs étaient alors ses lecteurs occasionnels ...qui le décourageaient rapidement dans la plupart des cas.
A ses soirées de salon où les intellectuels étaient sensés briller devant une cour improvisée...les commentateurs ? Un ou deux impertinents qui osaient contredire la star...
Ou tout simplement, à l'écriture d'un journal secret dont l'auteur ne rêvait et ne redoutait en même temps qu'une chose, être lu...

Enfin, quel est son intérêt ?
Pour les observateurs, il est évident : Mesurer un peu l'état de l'opinion en ce qui concerne les blogs à contenu qui se veulent politique...
Et pour les autres ? Le blogueur, son cas est traité ci dessus.
Les simples lecteurs sont des gens curieux de tout et veulent peut être se forger une idée sur un sujet donné. C'est un public très hétérogène, difficile à apprehender, probablement peu fidèle à un blog particulier. Les commentateurs sont une population intéressante. Il y a par exemple le voyeur qui de temps en temps ose trois mots pour montrer qu'il est passé. Il y aussi celui qui voudrait bien créer son propre blog mais par flemme préfère pirater celui d'un inconnu. Enfin, mais ma liste typologique n'est pas exhaustive, il y a celui qui prend le blog des autres pour un défouloir, un exutoire. En principe, il y exprime les idées les plus saugrenues ou extrêmes...

Souvent, c'est idiot mais on mesure le succès d'un blog par le nombre de pages vues. Cet indicateur n'a aucun intérêt et est surtout peu fiable....mais il vrai que certains blogueurs exclusivement politiques pourront s'en contenter.

C'est donc très con mais il y a tellement pire que je vais m'autoriser à continuer d'y relater mes divagations encore quelque temps.

4 commentaires:

  1. Je suis tellement en désaccord avec ce billet (sauf la conclusion) que je ne sais pas par où commencer.

    Alors quelques détails.
    1. L'audience d'un blog n'est en aucun cas un motif de satisfaction ou ne devrait pas l'être. Tout blogueur sais que ses billets les plus cons ont le plus de visites. Pour ma part, j'ai d'autres trucs pour me fournir un "indicateur" (le nombre de diffusions dans Twitter, le plaisir à rédiger ou à animer les commentaires,... Mais c'est bien le tout qui fournit l'indicateur). Tu prends mon billet de ce soir sur le blog politique : j'en suis content pour d'autres raisons. Presque une private joke avec moi même.

    2. Il y a bien des blogueurs qui se prennent pour des journalistes et se croient en position de rétablir des vérités. La plupart, pourtant, sont très lucides devant leur audience. Même avec 1000 par jour - j'en suis loin - ca reste dérisoire. Il y en a, par contre, qui s'imaginent que ce qu'ils disent est dit et doit être assimilé par tout le monde, mais une minorité.

    3. Il y a six ans, mon blog s'est retrouvé premier d'un classement de blogs politiques et ca a duré en gros trois ans. Ça fait six ans qu'on me parle de l'ego des blogueurs. C'est une monstrueuse connerie. A la limite, mon ego d'informaticien formé en statistiques avec ce qu'il faut pour être premier dans un classement sont concernés. Pas mon ego de blogueur. J'ai même demontré assez facilement que c'était l'ego des types qui parlaient de mon ego qui etait en cause.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour les points un et deux, je ne dis pas le contraire...
      Pour le point 3, le concept d'ego qu'on met aujourd'hui à toutes les sauces est bien compliqué...d'une part, on ne peut pas généraliser, d'autre part, il faut éloigner le concept d'amour propre de celui d'ego qui étouffe. Et puis, tu vois bien mieux que moi que certains débordent d'une auto satisfaction jamais remise en cause. C'est un peu ça l'ego, non?
      Enfin, il m'apparaît nécessaire de ne pas oublier de pratiquer l'autodérision. C'est sain. C'est un peu ce que j'ai voulu faire...maladroitement sûrement mais ça m'a amusé...
      Et l'ancêtre du blogueur, c'est qui ?

      Supprimer
    2. Je ne sais plus ce que je voulais répondre, hier. Ce qu'il y a de sur, c'est qu'il ne faut pas fondre amour propre, ego et ... Connerie.

      Imaginons que je fasse un billet que je juge bon mais qu'il ait peu de commentaires, de lecteurs, de RT,... Je suis déçu. Sans plus. Je sais que ça arrive. Je ne sais pas si je prends un coup dans mon égo, mon amour propre ou... ma connerie.

      Par contre, le rype qui ronchonne parce que j'ai plus de lecteurs que lui, ça peut être de l'amour propre et de l'égo mais ce qu'il y a de sur, c'est que c'est de la connerie.

      L'auto-dérision est bonne pour l'humour mais elle cache souvent de l'aigreur. Quand je vois un blogueur connu dire "je sais que je n'aurai pas beaucoup de lecteur parce que mon blog est le trou du cul du monde", ça me fait rigoler. C'est typiquement un truc d'ego. Au fond de lui, le type à l'impression d'avoir fait un billet utile mais c'est de la faute des méchants s'il n'est pas lu.

      Comme toute forme d'humour, l'auto-derision est un art. J'en fais peu et elle n'est généralement pas à prendre comme telle mais plus comme un constat froid. Quand je dis, par exemple, que 99,9945 (j'avais fait le calcul) des électeurs ne lisent pas mon blog, c'est à lire comme un avertissement pour les autres : vous faites plus vous faites moins ça reste dérisoire.

      Au fond, c'est une question de lucidité.

      Supprimer
    3. Eh ben, je crois bien que je suis d'accord. C'est sur même . Au delà de la dérision, la relativité des choses est essentielle...donc ton 99,9945 est emblématique en la matière

      Supprimer

L'emploi pour les nuls

Non, Monsieur Macron, les emplois aidés ne dénaturent pas la politique de l'emploi. Elle est constituée de nombreux axes de développeme...