dimanche 12 octobre 2014

L'influence de Rousseau


Le titre et l'illustration de ce billet sont mensongers. Je suis bien incapable d'écrire quelque chose de puissant autour des idées et surtout de l'œuvre de Jean Jacques Rousseau
Il y a pourtant dans sa bibliographie et plus précisément dans le paragraphe famille et enfance d'un article de Wikipedia une information particulièrement étonnante pour ne pas dire plus, surtout pour ceux qui me connaisse un peu. Quel qu'en soit l'origine, c'est très amusant.
L'homme est naturellement bon et c'est la société qui est injuste. Ce progressiste, notamment au niveau de l'éducation, d'une grande sensibilité, amoureux de la nature n'a rien de commun avec ce brave Zemmour.

Il concentre en ce moment tous les médias sur son bouquin qui enfonce, selon que j'en lis et ce qu'il en dit, les portes ouvertes classiques du réactionnariat à la française. C'est malheureux qu'une nouvelle bien pensance est née avec lui et quelques autres intellectuels bien droitises. Cela dit, revenir à une époque révolue depuis longtemps est impossible, tout comme la plupart de ses idées sexistes et j'en reste là dans les mots en iste ou phobe pour ne pas être trop désagréable.
Le buzz du week end est partagé avec le nouveau ministre de l'économie qui n'en manque pas une. J'ai d'ailleurs la faiblesse de penser qu'il le fait volontairement. Ce sont des coups de coms qui permettent de mesurer l'accueil des uns et des autres à une réformette à venir.
Il est vrai que quatre milliards de déficit pour la branche chômage n'est pas une gageure et qu'il est vraisemblable que la commission européenne, nouvelle ou ancienne, pourrait s'émouvoir que nous laissions ce trou abyssal tel que sans commencer à imaginer quelques changements. L'ensemble du budget proposé par le gouvernement pourrait être en danger devant cette instance.

Mais alors qu'imaginer ?
Le contexte est rude et les allocations chômage constituent une bonne partie de l'amortisseur social tant envié (mais aussi décrié.).Il est surtout considérer comme indispensable pour la gauche même moderee de gouvernement aujourd'hui.
Il n'y a malheureusement que deux solutions car celles qui peuvent être évoquées ne seront pas suffisantes. Je pense notamment à la réduction de la durée et au durcissement des droits des intérimaires du spectacle. Ce dernier point serait très loin de boucher le trou et une durée plus courte ne ferait que transférer les dépenses sur le RSA, certes moins onéreux.
Les deux solutions sont l'augmentation des cotisations (y compris patronales) et la diminution des indemnisations et particulièrement celles des cadres.
Donc, rien de bien réjouissant. On peut comprendre qu'il soit urgent d'attendre.
On peut espérer aussi une amélioration de l'emploi ....pour 2015

Zemmour et  Macron ont fait le buzz ce dimanche, à quand le tour des idées de JJ Rousseau ?



2 commentaires:

  1. Il y a troisième personnage qui n'a sûrement pas fait le buzz comme l'aime la "douce" dictature des médias (et un oxymore, un!) mais a tout de même bénéficié d'une couverture convenable, j'ai nommé Patrick Modiano prix Nobel de littérature. Cet homme discret, faible orateur, ne finissant pas ses phrases et probablement l'anti modèle pour qui veut faire de l'audience. Lui, il écrit. Toujours la même histoire disent certains; le même lieu Paris; la même obsession, les années d'occupation. L'exception culturelle française n'est est il pas un éminent représentant? Alors je préfère que ce soit son nom qui puisse être associé à celui de Rousseau. L'intelligence mène 2 à 0!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous avez bien fait, d'ajouter cette actualité majeure...un deuxième nobel est arrivé depuis, je ne suis pas sûr que son modèle économique me convienne mais au moins ce pays n'est pas si pourri comme certains veulent bien le laisser entendre.
      J'avoue honteusement que je n'ai point lu ce Modiano qui me semble pourtant bien sympathique a plus d'un titre...bon je ne suis pas encore mort
      D'accorder le score

      Supprimer

L'emploi pour les nuls

Non, Monsieur Macron, les emplois aidés ne dénaturent pas la politique de l'emploi. Elle est constituée de nombreux axes de développeme...