samedi 17 mai 2014

Croître, croître et croître encore


Comme mon billet précédent n'a intéressé personne (peu de lecteurs, pas de commentaires même pas une insulte), j'y apporte quelques compléments.
D'abord, un point qui me paraissait évident car  bien repris par les chaînes d'infos, la croissance 2013 est meilleure que prévu ou moins mauvaise. On pensait 0,3, ce sera finalement 0,4%.
Il convient maintenant de replacer ce résultat sur une période longue et relativiser ....est ce un bon ou un mauvais résultat ? Aborder à nouveau en quelque sorte l'idée de la décroissance.
Afin de résoudre nos problèmes de contemporains nous sommes à l'affût du moindre facteur favorable de croissance. Il faut produire plus et mieux mais surtout plus. Une production en augmentation est susceptible d'améliorer la vie de tous et enrichir quelques uns. La solution au
chômage, la croissance, un meilleur salaire pour les fonctionnaires, la croissance...etc....
La recherche d'une croissance éternelle donne le tournis.
Thomas Piketty dans son livre "Le capital du XXI siècle" rappelle très bien le principe de la croissance cumulée. Les chiffres sont impressionnants.
Une croissance de 1% sur un an apparaît politiquement comme un résultat modeste. En 30 ans, cette croissance serait de 35%. La croissance de 2,5% qui semble idéale aujourd'hui d'un point de vue économique, serait de 210% en 30 ans. La société serait complètement bouleversée, au bénéfice de qui ? Le progrès économique serait il accompagné de réelles avancées sociales ? L'environnement serait dans quel état ?
Joseph Siglitz propose d'autres indicateurs pour mesurer la bonne santé d'une économie, d'une société, le bien être. La croissance (économique ou démographique) n'est donc pas la solution, mais sûrement le problème....


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

L'emploi pour les nuls

Non, Monsieur Macron, les emplois aidés ne dénaturent pas la politique de l'emploi. Elle est constituée de nombreux axes de développeme...