jeudi 26 décembre 2013

Chômage : quels Horizons ?



Je ne vais pas m'affranchir du thème médiatique de la soirée : l'inversion de la courbe du chômage. 
Bien entendu, la discussion porte sur la parole de François Hollande, sa crédibilité serait en jeu. 
Certes, il a fait un pari qui peut paraître imprudent. On peut néanmoins  convenir que cela a permis de mobiliser toutes les actions de l'Etat pour converger vers ce point. J'imagine que dans de nombreux ministères ce challenge apparaissait bien placé dans la listes des objectifs 2013.
Je n'ai pas pris connaissance de tous les commentaires de la soirée en ce domaine et je suis certain que la majorité d'entre eux confirme la non inversion de la courbe.
Moi, Je vous affirme que la courbe s'est inversée. Une courbe qui ne s'inverse pas se prolonge. Le doute n'est pas permis, elle s'est inversée depuis le mois d'octobre. C'est graphiquement indiscutable.
Cela dit ou plutôt écrit, cet indicateur n'est pas le plus fiable. Trop sensible aux variations saisonnières ou aux bugs de SFR par exemple.
Pour ma part, j'attache plus d'importance et de crédibilité au taux de chômage au sens du BIT publié par l'Insee chaque trimestre à partir de l'enquête emploi (qui vient de bénéficier d'une refonte importante). La prochaine parution, celle du quatrième trimestre, aura lieu début mars.
Il convient donc d'attendre avant de  savoir quand la courbe du chômage connaîtra de nouveaux horizons.

Impossible pour moi de ne pas évoquer d'autres HORIZONS, ceux de Bertrand Cantat et de Pascal Humbert. Superbe cd qui marque le retour d'un chanteur, auteur compositeur de grand talent. Il interprète avec beaucoup de profondeur, d'une voix presque identique à celle des années 90, des textes qu'il a tous écrits. Il règle quelques comptes avec beaucoup de poésie mais la chanson la plus poignante est pour moi celle qui aborde le sujet délicat de son incarcération. Le titre comme le cd Horizon, un extrait : " qui de ma tête ou de mon cœur va imploser comme une étoile ? Quel débris ou quel morceau de moi d'abord te rejoindra..."


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire