mercredi 4 février 2015

Juppé, l'homme fort de la droite

Il y a des jours où je suis fier d'être bordelais.
En réalité, je ne suis bordelais que d'adoption, je suis né à Dijon ; une adoption qui date de plus de quarante ans quand même, sachant que j'ai vécu une dizaine d'années dans les Pyrénées atlantiques et que je suis resté dijonnais quelques petites années, que j'ai séjourné en Allemagne pendant plus de quatre ans, cet agrégat de vécu commence à prendre une dimension bien respectable.
Bref, ce n'est qu'une vie de déraciné comme des millions d'autres qui me permet d'être attaché à la Bourgogne, d'avoir la nostalgie du Béarn, de garder un souvenir ému de l'Allemagne et donc d'être fier d'être bordelais.
Surtout hier soir grâce à Alain Juppé qui a réussi une prestation de très bon niveau alors que la droite doit gérer une situation toujours délicate. Avec beaucoup d'intelligence, il a su réaffirmer ses convictions de droite, son sens de l'ouverture vers le centre, son refus net de l'aventure idiote et irresponsable, sans renoncer à son opposition au pouvoir en place. Rarement en accord avec ses idées, je ne peux que lui reconnaître son courage, la précision de son argumentation et la finesse de ses propos ( parallèlement déjà exprimés sur son blog). En résumé, un grand homme d'Etat, certes de droite mais très colorée gaullienne.
Comme il l'a concédé, son adversaire principal est désormais le FN, parti evidemment non républicain comme l'était le pouvoir de Pétain (une république est fondée sur une constitution qu'il suffit de lire pour comprendre, enfin tenter). Dans quelques mois, on ne peut en douter, il deviendra le principal adversaire de FH pour 2017, mais au moins, le match aura de la tenue. Et puis quand on perd une finale de coupe du monde, c'est mieux quand c'est face à l'Allemagne; gagner contre le Honduras ou la Corée du Nord, c'est un peu la honte....

2 commentaires:

  1. Pour être l'homme fort de la droite, il faudrait déjà qu'il fût de droite.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est curieux cette propension que de plus en plus de gens ont à définir l'orientation politique des autres. L'un n'est plus de gauche, l'autre n'est pas de droite. Si le PS n'est pas de gauche, la gauche n'existe plus, si Juppé n'est pas de droite, alors la droite est microscopique.

      Supprimer