mardi 25 novembre 2014

L'abrogateur fou est sourd


Ça marche aussi en inversant les qualificatifs, l'abrogateur sourd est fou. S'il est sourd, il est fou car il entend des voix qui lui soufflent dans son cerveau ébranlé "abrogation, abrogation".
L'ex n'a pas la forme présidentielle et encore moins élyséenne. Si quelques milliers ne le suivaient pas encore tout cela serait comique.
De fait, c'est un homme qui tient ses promesses. Il a toujours dit qu'il fallait abroger la loi sur les 35 heures. Alors quand il prévoit une série d'abrogations, la loi Taubira, la réforme territoriale et ses treize nouvelles régions....le statut des fonctionnaires...on peut lui faire confiance, et il n'a pas du tout l'air ridicule ou fol dingue.
De toutes façons, on peut dire ce qu'on veut, il n'entend rien. Il est plus sourd qu'un âne qui ne veut
pas entendre ( je sais ce n'est pas ça, mais ça m'arrange)....ou alors son audition est sélective ou particulière car pour ne pas entendre les sifflets de la moitié des militants aquitains de l'UMP, il faut qu'elle soit vraiment particulière.

Cela dit, les cinglés sont présents partout sur l'échiquier politique. Ce cher Mélenchon a une idée que même Le Pen n'a pas osé proferer. Elle tient en quelques mots : il faut que la BCE reprenne toutes les dettes des pays membres...la seule conséquence, une inflation de cinq ou six points... Et on pourrait recommencer à s'endetter en partant de zéro.....cool ....
J'espère qu'en plus, il n'est pas sourd....

4 commentaires:

  1. J'ai une vision légèrement différente de Sarko: c'est un professionnel de la politique qui a acquis la conviction, par l'expérience, que la démagogie et le populisme permettent de gagner des élections et que c'est ça qui compte avant tout le reste.

    Donc, il sert à son électorat ce que son électorat veut entendre. Point. Vous avez un sentiment d'insécurité, vous voulez du sécuritaire? Il vous le sert. Vous êtes en demande sur les valeurs famille et travail? Il vous les sert. Vous voulez du story telling et du stand up? Il vous les sert. Etc. Sans état d'âme. C'est un pro.

    Là-dessus, dans sa course à l'Elysée, il lui faut la direction de l'UMP. Le scrutin est serré, pour l'emporter il doit flatter l'aile dure. Donc, il va servir la soupe que l'aile dure veut boire, quitte à "évoluer" sur ses positions antérieures, comme le mariage homo.

    S'il y avait eu au sein de l'UMP une aile libérale et tolérante majoritaire, il aurait été pour la GPA/PMA. Mais il n'y a pas. Donc il tient un discours de faucon, plus rentable en terme électoral. Basique.

    Les gens de l'UMP ne sont pas dupes. Ils savent qu'il y a loin de la coupe aux lèvres et qu'il y a des étapes à franchir:

    - Au début vous avez le simple discours du candidat, qui est souvent un foutoir expérimental destiné à tâter le terrain et à sentir le vent
    - Ce discours se consolide progressivement en "promesses électorales" qui, comme chacun le sait, n'engagent que ceux qui y croient
    - Ces promesses, en général assez vagues, sont ensuite validées par un écrit: des "engagements" dans le cadre d'un "programme" estampillé par le parti
    - Enfin, une fois élu, le candidat tient ou pas ses engagements, en fonction des circonstances et de sa majorité au parlement

    Il s'agit d'un processus d'élaboration du programme et il faut guetter le moment où la parole du candidat, vague et globale, se transforme en programme du parti, avec des items spécifiques et de la production d'une documentation écrite.

    Dans ce processus, les électeurs font un pari plus ou moins lucide sur la dernière étape: l'application du programme.

    Pour l'instant on est à la phase 1: le foutoir expérimental.

    Méluche, c'est le même genre de mec: il sert la soupe. Mais son électorat à une particularité: la gauche de la gauche ne sait simplement pas ce qu'est l'économie. Un type de la GdG standard a un ensemble de fantasmes sur l'économie, souvent entretenus par des analyses littéraires et romantiques, mais concrètement il ne sait pas ce que c'est.

    Comme les curés qui parlent de sexualité: ils en ont une vision à travers la religion (punitive et directive), mais concrètement c'est un OVNI.

    Donc Méluche peut raconter toute sorte de conneries, ça prend.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh bien, quand vous faites un commentaire, ce n'est pas trois mots.
      Non, non, je suis d'accord avec vous mais il faut bien ironiser ou caricaturer l'action de certains politiques.

      Supprimer
  2. Oui, je ramasse tout ce que j'ai à dire sur un sujet en un com.

    Parfois ça fait long, dsl.

    RépondreSupprimer