samedi 8 mars 2014

L'homme qu'on écoutait


Je ne comprends pas trop l'indignation des quelques militants de droite.
De quoi se plaignent ils ? Sans cesse ils réclamaient, "ah, mais si on écoutait Sarkozy, si on était attentif à ses analyses ...etc...on n'en serait pas là"
C'est exactement ce qu'ils ont fait. Je comprends, c'est décevant, ce n'est pas glorieux. Ce n'est qu'un homme qui fait des erreurs. Certes, il en fait un peu plus que la moyenne mais cela ne changera rien à son destin.
Contrairement à ce qu’ils imaginent, on se fout complètement de Sarko. Je sais depuis toujours que la république ne repasse jamais les plats (dixit ?). Il n'est pas plus concerne par 2017 que Copé, c'est peu dire. Autant je m'en suis soucié pendant des années, autant je m'en fous vraiment aujourd'hui. Il reste que nous pouvons être préoccupé par un nouveau scandale d'Etat qui va apporter de nouvelles voix, pas au FN ou à ces représentants incapables, mais à l'abstention, sûrement premier parti de France.
Pendant que l'Insee apportait la preuve que la courbe du chômage s'était vraiment inversée, la droite en pleine forme multipliait les affaires.
Ce serait un complot mediaticopoliticojudiciaire. Les médias sont donc subitement à gauche.
Je crains que cet argument ne tienne pas longtemps. A l'exception de Libé qui n'est pas bien en forme, un ou deux sites genre Mediapart (et encore), toute la presse est à droite, à l'extrême droite ou au mieux au centre. A cela, rien de choquant, ils ne défendent que leurs intérêts. Mais ils ne se censurent pas, question d'éthique.
C'est la raison pour laquelle Copé, l'escroc qui n'aime pas les poils, Buisson aux méthodes fascistes, Sarko influent devant l'éternel, à qui l'école buissonnière n'a pas porté bonheur, passent de mauvais moments. Tout ça permet aux français de rafraîchir leur mémoire qui traditionnellement n'est pas leur qualité première (quand on constate leur soudain amour pour Juppé).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire