lundi 24 février 2014

Montebourgeois et Montebourgeoises



Sans inspiration je me promène depuis deux jours dans les blogs des "camarades" réacs. Ils m'ont beaucoup amusé qu'ils soient royalistes de droite molle ou droite dure, ils sont tous extrémistes dans leur propos. Le plus comique est qu'ils n'arrêtent pas de vous insulter tout au long de nos échanges et comme des vierges effarouchées déclament qu'ils sont choqués de la conduite infâme des socialistes en général ou de la mienne en particulier.
Je suis vraiment intéressé par ce genre de comportement d'un point de vue politique bien sur mais surtout sociologique.
Ils pensent tous ou presque qu'ils sont l'émanation même du peuple. Ils expriment tout haut ce que tout le monde pense tout bas (pas trop fort parce que le régime socialiste est très autoritaire et censure à tout va, il faut être courageux pour le critiquer). C'est inimaginable le décalage de leur expression avec la réalité. Bien entendu, je n'ai pas l'outrecuidance de penser que la majorité est encore socialiste partout en France en cette période difficile économiquement, socialement et même d'un point de vue sociétale mais j'avoue humblement ne pas avoir rencontre un "exemplaire" dans ma vie de tous les jours depuis de très nombreuses années, et cela est d'autant plus intéressant.
Quelques uns m'ont fait quand même l'honneur de visiter mon blog pourtant sans relief, modeste,
 j'allais dire, faisant tout pour le rester. 
Seulement, je me fatigue un peu de me faire malmener, réprimander, sous estimer à longueur de lignes. Faire semblant de donner des leçons de social démocratie à des personnes tellement opposées que Copé pourrait paraître supportable, atteint des limites assez rapidement. Ça donne l'impression de prêcher la bonne parole en enfer (on m'a même comparé à un curé, sympa non ?). 
Cela dit, je n'en veux évidemment à personne. Exprimer ses convictions avec force est très respectable et fait réfléchir encore plus, encore mieux le "camp d'en face", le mien.
Donc, je suis revenu chez moi, à l'endroit des stats.
Désolé pour cette longue introduction qui occupera au final les trois quarts de ce petit billet d'humeur.
J'en viens au cœur, serais je devenu malgré moi Montebourgeois ?
Le nom déjà est esthétique, romantique ...
Malgré moi parce que, même s'il est séduisant (le voilà avec Zylberstein maintenant, pour finir la parenthèse, imaginez être Zylbersteinien, a quoi cela peut bien faire penser ?), je n'ai pas voté pour lui aux primaires, sans surprise, j'etais déjà hollandais.
En effet, je m'aperçois partager un certain nombre d'idées ou (plutôt d'avis) mais "originales" avec lui. J'en citerais trois :
- la difficulté de mettre au placard définitivement l'idée d'exploiter le gaz de schiste. La condition nécessaire mais non suffisante serait une technique infiniment moins polluante qui passerait bien entendu par une étape d'expérimentation d'une durée importante.
- quelques difficultés relationnelles avec EELV ; pas simplement en lien avec le point précédent mais parce que indéniablement l'écolo possède en lui un côté réac incompatible avec la nécessaire volonté d'un "redresseur productif" ou tout simplement d'un progressiste.
- la nécessite (encore) de réformer l'euro, d'en faire une monnaie vivante économiquement parlant, ce qui favoriserait notamment les exportations ....
Mais au-delà de tout ça, sa remarquable prestation face à Le Pen, la hargne avec laquelle réagissent les quelques supporters FN, mérite tout le respect de personnes qui,comme moi, luttent pour empêcher que les français tombent dans le précipice de la honte où d'un seul coup toutes les valeurs humanistes voleraient en éclat.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

L'emploi pour les nuls

Non, Monsieur Macron, les emplois aidés ne dénaturent pas la politique de l'emploi. Elle est constituée de nombreux axes de développeme...