jeudi 7 mai 2020

Le journal d'un confiné (acte 26 : un examen de passage)

Jour 51
Pas envie.

Jour 52
Une nouvelle fois Philippe nous a proposé une prestation propre mais sans information nouvelle, bien ennuyeuse et presque inutile. Joffrin fait une analogie avec la barbe de Philippe et les cartes de France rouge et verte. C'est bien vu. D'un côté la blancheur gagne de  la surface, de l'autre on peut espérer que le rouge se  retire définitivement.
Il faut bien admettre qu'il y a de quoi se faire des poils blancs !
Je ne vais pas me forcer à analyser le fond, j'en ai dit ce que j'en pensais. Par contre, comparer les prestations des différents ministres n'est pas sans intérêt.
Par ordre d'arrivée, Véran a pris la parole juste après Philippe. On ne peut pas dire qu'il est mauvais, il est sérieux, appliqué mais sans relief  ; genre bon élève devant son prof principal. Il fait lèche-cul aussi. Il pourrait être malicieux mais il se retient, il n'est pas encore assez grand. Globalement, pas d'erreur visible, il a bien maîtrisé son stress.
Puis Elisabeth Borne est intervenue. Un peu le même genre mais en pire. Ennuyeuse, d'un ton monocorde d'une tristesse infinie, elle semblait débuter en prise de parole en public. Je n'en dirais pas plus, c'était la seule femme à prendre la parole et on sentait qu'elle avait du mal à assumer cette responsabilité. Une seule femme avec une fonction clé dans cette crise, en matière d'égalité, ce n'est pas encore gagné !
Ensuite, nous avons assisté à la prestation du Ministre de l'intérieur. Castaner affiche d'emblée une posture plus décontractée ; genre, tu vas voir moi je suis à l'aise devant les journalistes, la télé  ne m'impressionne plus. C'est vrai, il tient bon. On sent bien qu'il n'est pas du niveau à Philippe mais il possède un minimum de charisme  et un côté séduisant qu'il tente de mettre en scène. Seulement, ça bloque un peu et ça se bouscule de temps en temps au portillon. Pourtant son intervention était la plus simple à réaliser.
Puis vînt Blanquer. Stress maximum avec un rangement ininterrompu de ses fiches. Cet homme semble avoir perdu toute confiance en lui. Il assurait il y a un an ou deux mais depuis il s'enfonce doucement et se dirige tranquillement vers la sortie. Globalement, il a pourtant réalisé une prestation acceptable sur un point complexe mais presque dans un état second.
L'arrivée de  Le Maire a  contrasté avec le ministre de l'Education. Dès le début, j'ai le sentiment qu'il veut afficher une supériorité  naturelle sans forcer le trait. Sur la forme, il est bon. Sur le fond, il n'a pas de scoup mais il fait comme si. Sa stature rivalise avec celle de Philippe et j'ai le sentiment que la concurrence se situe aussi à un autre niveau.
Je n'ai pas écouté les questions pas toujours emplies d'intérêt, je suis allé voir ma petite maman. C'est prévu dans l'attestation de Castaner. C'est bien con. A 63 ans être obligé de remplir une attestation pour aller voir sa mère qui est  souffrante ! C'est un cauchemar, on va se réveiller, avec des hôpitaux super équipés mais vides ou presque, avec un taux de chômage de 7.5 % voire moins, une transition écologique en bonne voie, un festival dans chaque ville, un gouvernement bienveillant sans mesure du PIB mais avec un indicateur de bien être prioritaire, une assemblée de citoyens tirés au sort en plus du parlement classique......
Je  sens que les psy vont avoir du boulot.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

C'est l'histoire d'un mec

C'est l'histoire d'un mec qui est devenu maire par hasard il y a 25 ans.  Il n'était pas préparé à ça, il n'était pas f...