mardi 15 novembre 2016

Le travail et la droite

La fin de ces premières primaires de droite s'annonce enfin.
Les sept mercenaires vont débattre une dernière fois de tout et de rien. Il vont s'affronter gentiment pour rien. La douceur violente des mots vains va tenter d'atteindre nos tympans endormis par un heureux ennui.
De ces débats houleux, de ces programmes  hideux, je ne retiendrai que la façon dont les candidats imaginent réformer le travail. Le travail, le temps de travail, les conditions de travail, la rémunération du travail, et la retraite.
D'abord le contexte, ils parlent du travail devant une foule de gens dont la très large majorité ne travaille plus depuis longtemps. C'est étonnant la ferveur de ces gens qui veulent à tout prix que les autres travaillent pour eux. C'est un peu comme ceux qui veulent à tout prix se mêler de la vie des autres. Ces fameux de LMPT qui s'occupent du cul des autres au lieu d'aimer celui de leurs voisins voisines ...la vie leur semble belle sans amour...
Alors d'abord les 35 heures, cette fois c'est certain, c'est fini. Donc il faudra travailler plus dans le privé et certains annoncent que dans le public, il faudra travailler 39 heures payées 35. Parfait. Comme ça, on pourra supprimer des centaines de milliers d'emplois sans problème. Par exemple, les infirmières ne pourront plus se plaindre que leur effectif est trop juste..elles, ils travailleront plus. C'est bien connu, avec la fatigue, l'épuisement moral, tout rentre dans l'ordre. Idem pour les flics qui n'auront plus de problèmes pour poser leurs satanées RTT.
Le temps de travail c'est ok. Alors les conditions de travail : le travail n'est jamais pénible, c'est la raison pour laquelle les comptes de pénibilité seront supprimés. FH s'était encore une fois trompé. De toutes façons, personne ne l'a su.
Sur la rémunération, tout le monde reste plus vague. Juste un truc, il faut que les jeunes acceptent d'être moins payé. Par exemple, pas payé du tout ...comme stagiaire, et ainsi supprimer la nouvelle réglementation en la matière. Très bien.
Enfin. La retraite. Cette fois c'est très simple, ce n'est pas parce que les comptes sont meilleurs, que le Cor est plus optimiste, qu'il ne faut pas faire chier les seniors . Donc, tout le monde est d'accord la retraite à 65 ans ( sauf Sarko 64) et surtout ne pas louper les fonctionnaires ; 60 % de leur salaire précédent, c'est encore beaucoup trop.
Un oxymore à la mode : Idées de droite.
Une autre fois, j'évoquerai d'autres tristesses surannées, comme le chômage, les accidents de travail ou le harcèlement moral...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

L'emploi pour les nuls

Non, Monsieur Macron, les emplois aidés ne dénaturent pas la politique de l'emploi. Elle est constituée de nombreux axes de développeme...