samedi 26 novembre 2016

Le dilemme des gens de droite

Soyons magnanimes, soyons  empathiques, posons nous la question, que voter si j'étais de droite (égoïste, intolérant, sans humanisme et humanité,  malheureux d'être ainsi mais l'être ...) ?
Avec ce deuxième tour, les deux possibilités qui s'offrent à eux sont antagonistes. Elles sont contraires mais pas seulement, car le résultat changera la fin de cette décennie.
La première solution leur propose un virage à droite toute. Elle convient aux plus réac, aux plus libéraux, aux plus conservateurs, aux plus revanchards...en réalité elle conviendra à toutes les familles de droite, qui ont rêvé de bouffer du fonctionnaire (ils en sont parfois mais comme beaucoup,ils pensent que le voisin travaille moins qu' eux...), qui ont peur des migrants mais rejettent la bleue marine, qui souhaitent que la religion chrétienne devienne la pensée unique, qui pensent payer trop d'impôts, qui veulent faire des économies sur les dépenses des autres...etc..etc..je ne parlerai pas des LMPT qui cumulent plusieurs des points précédents. Bref, ils sont pas bien car malgré leurs sous, ce monde leur échappe. Alors, oui, en votant Fillon, ils vont assumer leurs idées (sans qualificatif, je ne vais quand même pas être désagréable tous les deux mots), ils vont désigner un type qui devrait les représenter au mieux....au mieux théorique ...
La seconde solution leur propose un changement dans la continuité avec des accents et des évolutions fortement marquées à droite mais qui reste humaniste (la droite). Sous certains aspects, cette droite est libérale, conservatrice, sous d'autres elle est progressiste au sens propre du terme, c'est à dire qui peut proposer des innovations bénéficiant au plus grand nombre. Alors, oui, en votant Juppé ces gens pourraient désigner un homme qui n'a pas renoncé à tout pour être élu.
La première solution pourrait les rendre heureux dans l'instant. Mais le revers de la médaille est une défaite assurée en mai et dans le cas improbable d'une victoire, les déceptions seront encore plus cruelles, enregistrant renoncement après renoncement. Cet électeur de droite se rendrait compte aussi que certaines réformes libérales vont perturber leurs habitudes et leurs privilèges...exemple : "mince faut payer ses médicaments..", car oui l'électeur de Fillon est poli...
La seconde solution n'est qu'une demie mesure certes mais une demie mesure qui aurait de bonnes chances de gagner en mai...
Dommage....
Ça va de mieux en mieux.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

L'emploi pour les nuls

Non, Monsieur Macron, les emplois aidés ne dénaturent pas la politique de l'emploi. Elle est constituée de nombreux axes de développeme...