vendredi 3 avril 2015

Je crois, tu crois, il croit...

L'Insee prévoit 1,1 % de croissance en 2015. C'est en soi une excellente nouvelle (sauf peut être pour la planète) mais cela ne devrait pas suffire pour réduire le chômage.
Le contexte économique et les mesures gouvernementales devraient objectivement permettre une croissance bien supérieure.
Alors la faute à qui ?
La frilosité des entrepreneurs est indiscutable. Gattaz peut fanfaronner. Il a tout obtenu. On va les aider encore à s'enrichir en espérant qu'ils acceptent de recruter afin de leur permettre de s'enrichir un peu plus. Difficile de comprendre comment ils peuvent renoncer à investir dans une conjoncture aussi favorable. Tellement bien que les experts de l'Insee s'interrogent (en creux) sur la fiabilité de leur indice. L'investissement doit repartir ; mais non, " on est pas encore assez confiant, on se retient". Les marges sont désormais meilleures que les allemands, mais non, pas encore...
Il paraît qu'être entrepreneur c'est investir, prendre des risques....peut être, à l'exception des amis de Gattaz.
Il est vrai que depuis plusieurs mois leurs copains de droite leur ont tout annoncé, mais rien n'est arrivé. FH devait démissionner, dissoudre l'assemblée, le franc devait faire son retour, les différentes lois sur les régionales, sur l'économie ne seraient pas votées, le déficit allait se creuser (il se réduit de 10 %)....etc
Comment leur dire que leurs copains de droite sont nuls et ne font que de la politique de bas étage.
FH a annoncé une série de mesures qui ne peut que favoriser l'investissement sans prise de risque.
Certains passent leur temps chez les juges, d'autres bossent pour l'intérêt général....
Et Gattaz, son pin's "un million d'emplois", où peut il se le mettre ?

2 commentaires:

  1. Bonjour Didstat,

    Attendez, je crois qu'il faut préciser le propos.

    Dans le secteur privé il y a deux compartiments: les entreprises du CAC40 et... le reste. Tout le reste, quoi. Mettons 80% de l'économie.

    Là vous parlez des entreprises du CAC40, celles qui relèvent du condominium (la cogestion par l'Etat et ce qu'on appelait jadis le "grand capital" de cette partie de l'économie française qui correspond à la stratégie des champions nationaux, et qui existe en gros depuis Colbert).

    Le condominium se porte bien, merci pour lui. C'est son rôle de locomotive économique qui pose problème. Normalement, ces grandes entreprises ont un effet d'entrainement sur le reste de l'économie, et je crois qu'une partie du pari économique de FH repose là-dessus.

    Mais, aujourd'hui on est obligé de regarder cet effet d'entrainement à la loupe pour le voir, parce qu'il n'est plus aussi évident à distinguer: la loco a tendance à partir en oubliant les wagons, qui restent en gare, avec plein de chômeurs dedans, qui râlent en votant FN.

    Je crains que FH ait fait tout ce qu'il y avait à faire pour que la loco démarre (ça, c'est ok) mais que personne dans son équipe ne se soit préoccupé de vérifier les attelages.

    C'est con: si la loco est pas accrochée au reste du train, ben... elle part devant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, ce n'est pas seulement le cac 40 dont je parle. Mais peu importe nous sommes globalement d'accord et votre métaphore est tout à fait adaptée.
      De toutes façons accrocher les wagons à leur locomotive n'est pasdans leur logiciel.

      Supprimer

L'emploi pour les nuls

Non, Monsieur Macron, les emplois aidés ne dénaturent pas la politique de l'emploi. Elle est constituée de nombreux axes de développeme...