samedi 29 août 2015

La nostalgie des années Jospin

L'etudiant Macron se souvient bien des années Jospin. Il n'a pas vingt ans quand Chirac décide de dissoudre l'assemblée nationale sous les conseils éclairés de deux des meilleurs premiers ministres de droite de la cinquième. Cette connerie permet l'arrivée au pouvoir de Jospin. Le jeune Macron observe tout ça un peu interloqué. Est ce que ça bouscule ses certitudes nées de ses brillantes études à science po ? Sûrement, mais il attendra de voir à l'œuvre le gouvernement Raffarin avant de prendre sa carte au PS.
Mais quel souvenir gardons nous des années Jospin ? Les 35 heures et l'euro. Rien qui enchante les foules reacs de droite ou de gauche aujourd'hui. Macron se souvient de tout précisément. Et je comprends que cela peut le rendre jaloux.
C'est en effet la plus belle période économique et sociale de la cinquième. La croissance ferait rêver n'importe qui, même l'Allemagne. Le nombre d'emplois créés dépasse souvent le million par an. L'augmentation du pouvoir d'achat est sensible, les impôts baissent, le déficit budgétaire est ridicule, c'est la seule période où le taux d'endettement baisse, même le chômage diminue, on parle du prochain plein emploi, et en plus on commence à travailler moins...Il y a de quoi être jaloux. Il est vrai que deux excellents ministres de l'économie se succèdent, DSK et Fabius....et la comparaison serait elle douloureuse ?
Alors il faut renier cette période et faire plaisir aux patrons dans le même temps.
La meilleure méthode pour désacraliser les années Jospin tout en rabaissant Aubry  : Critiquer une nouvelle fois ces trente cinq heures fantômes ....
Les français n'ont plus voulu de Jospin, ils ont préféré attendre l'arrivée de gens comme Macron, c'est con !
Ce monde ne va pas bien.

2 commentaires:

  1. Tiens, en général, ce sont plutôt les réacs qui enjolivent à outrance le passé et pleurnichent que c'était mieux avant ! Vous filez un mauvais coton, mon vieux : ce n'est pas le monde, qui ne va pas bien : c'est vous !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme il y a ......longtemps vous m'amusez. Mon vieux ? Parfait mais etonnant cette familiarité. Je vais vous faire une confidence : je vais très bien, mes petits ennuis paraîtraient comme négligeables pour la plupart de nos contemporains. Cela dit mes préoccupations ( vous comprenez la nuance ?) sont elles si anodines que cela, je ne crois pas. Les reacs n'ont pas le monopole du pleurnichage sur le passé. Satisfait car ça faisait longtemps. Je n'ai pa lu des...

      Supprimer

L'emploi pour les nuls

Non, Monsieur Macron, les emplois aidés ne dénaturent pas la politique de l'emploi. Elle est constituée de nombreux axes de développeme...