samedi 14 juin 2014

Le foot ou la guerre ?

Dimanche l'équipe de France de football sera opposée à celle du Honduras.
Ce billet risque de manquer un peu de "profondeur" mais son objet principal est de reléguer le précédent en bas de page.
Il fallait bien que je trouve un sujet, le football, on en parle peu en ce moment, ça pourrait intéresser, ça peut m'amuser cinq minutes.
Ce blog part un peu en déconfiture (j'ai failli écrire autre chose...mais quand même, ce n'est pas parce que le vieux facho est ordurier que je dois être vulgaire ; quand je pense qu'il est obligé de refaire une partie de l'éducation de sa fille...).  Je disais que ce blog se désagrège quelque peu d'un point de vue politique.
J'aurais pu aborder les sujets "brûlants" des conflits sociaux du moment. D'autres le font, ils ont raison, moi je ne peux pas. Plusieurs raisons à cela :
D'abord, comment se faire une opinion précise d'une situation que seuls les principaux intéressés connaissent vraiment (ou à peu près) ? . Je n'ai pas la perspicacité et le courage de Nicolas Jegou par exemple, pour me plonger dans des dossiers extrêmement complexes. Je pense complètement inutile d'apporter un avis simplement fondé sur l'intuition. Des propos trop subjectifs, trop partiels seraient ridicules.
Ensuite, je suis toujours mal à l'aise quand des gens de gauche rentrent en conflit avec d'autres personnes qui devraient être dans le même camp. C'est mon côté binaire ou ado, comme certains pourraient l'avancer. Difficile de prendre position pour ou contre.
Enfin si je me mouille un peu, je dirais sûrement des conneries. Donc je vais les dire. En ce qui concerne la réforme SNCF pour être simple, je pense que les grévistes ont tort mais il est probable que dans leur cas je serais aussi dans le mouvement. Celui des intermittents, je n'ai pas d'avis, je suis ni pour ni contre, bien au contraire. Bref, je n'ai pas envie qu'ils bousillent tous les festivals d'été...mais après, c'est la vie et il y a des choses bien plus graves, braves gens.

J'ai donc choisi de parler de foot. Après ce bavardage, mon propos risque de rester dans le clavier.
Enfin, j'ai quand même un doute. Il ne faudrait pas que les bleus soient trop efficaces face aux honduriens. Il y a un peu plus de quarante ans, le San Salvador, pays renommé par le dynamisme de sa démocratie, était rentré en guerre avec le Honduras, guère mieux dans le domaine précité, suite à un match de foot où l'enjeu sportif était devenu anecdotique. Trois mille morts après un match de foot, ça fait peur.
De plus, il semblerait que les footballeurs honduriens soient "physiques".
Finalement, à la réflexion, il vaut mieux que les joueurs français restent dans le bus. On verra le match suivant.
Face aux suisses, cela devrait être moins risqué ; encore qu'il conviendra de ne pas trop échanger de points  de vue sur le religieux. Les référendums ne semblent pas bien favorables à certains de nos français.
Ben oui, il y a des vieux gros blonds et des grosses blondes en Suisse aussi.

13 commentaires:

  1. « Je n'ai pas la perspicacité et le courage de Nicolas Jegou »

    Il m'appartient de rétablir la vérité : le dénommé Jegou n'a ni courage ni perspicacité (sinon il ne se croirait pas de gauche) : c'est une grosse outre à bière coiffée d'un ridicule toupet bouclé.

    (Et, comme je suis charitable, étant de droite, je ne dirait rien du truc qu'il a pour habitude de se nouer autour du cou…)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour la correction . En effet, je n'avais aucune idée de la coiffure qui semble déterminant dans le profil. Pour le reste, du moment qui ne se pend pas avec. Et puis au moins il peut se faire un gros nœud.

      Supprimer
    2. S'il tentait de se pendre avec, cette malheureuse pièce de tissu bon marché romprait net, et notre cher abruti aurait l'air encore plus con que d'habitude !

      D'un autre côté, c'est en effet sa seule chance d'avoir un gros nœud.

      Supprimer
  2. "Celui des intermittents, je n'ai pas d'avis, je suis ni pour ni contre, bien au contraire"
    bon, "ni pour ni contre", je comprends..mais "bien au contraire" après? cela veut-il dire "ni contre ni pour"? ce qui n'est pas très contraire, vous en conviendrez...
    enfin, je dis ça, je dis rien... bien au contraire..;

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je cite simplement Coluche mais est ce lui l'auteur ?
      C'est aussi le titre d'un film.
      Je trouve amusant et cela exprime bien l'embarras sur une question donnée .
      Ceci dit les contraires ne sont pas toujours opposes

      Supprimer
  3. Personnellement, je soutiens le mouvement des intermittents sauf au cas où il empêcheraient un spectacle auquel j'ai l'intention d'assister. De même pour les cheminots, mais je ne dois pas prendre de ter encore moins de tgv ou de rer en ce moment... C'est peut être ça le contraire?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est de l'ambiguïté peut être...mais je doute.
      Se dégager de ses intérêts personnels ou de ses préoccupations, se débarrasser de l'affect ou d'une sympathie naturelle et regarder les choses en face, objectiver comme on dit..c'est compliqué.

      Supprimer
  4. Les intermitents se la sont joué cul nu devant Mme la ministre. Cest inadmissible. À sa place je naurai pas engagé le dialogue. En plus vu le physique du porte parole, je supose que le bas non filmé par le cameraman navait probablement rien de rocco ou dautre superbe mâle de ma connaissance... Bref no coment. Juste bravo à Mme filipetti qui a garde la tête haute. Malgré sa gêne.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai, on a rien vu...heureusement, ils ont beau temps

      Supprimer
  5. Je rajouterai que la sncf font ch ... Que les pauvres usagers qui bossent pendant que les patrons de cette société voyagent avec auffeur prive ou en jet. Et se reposent dans leur résidence secondaire. Pour ce soir juste allez les bleus pour faire oublier le coup du bus de la dernière coupe. Et pour montrer que riberi nest.pas indispensable

    RépondreSupprimer
  6. P...l'embellie. Du foot, du cul (vous n'y êtes pour rien) et votre blog va exploser....pour répondre à l'anonyme du 15 juin à 15h00, justement je l'avais trouvé pas mal le porte parole (parole de théâtreux) mais apparemment Madame(?) ne le trouvait pas glamour.... Bon tout le monde ne peut pas connaitre un superbe mal...pardon mâle. Vous méritez mieux Didstat, finalement monsieur Goux c'est du haut de gamme!

    RépondreSupprimer
  7. Je suis la dame du 15 juin 15h. Celle qui aime les beaux mâles et qui assume ses choix. Je vous repondrai que au vu de votre com precedent le mien vous êtes du genre je suis pour les manifs les revendications etc du moment que ça ne me touche pas de près.moi dabord les autres après. Tout ce que je déteste. Quel égoïsme.

    RépondreSupprimer

L'emploi pour les nuls

Non, Monsieur Macron, les emplois aidés ne dénaturent pas la politique de l'emploi. Elle est constituée de nombreux axes de développeme...