dimanche 6 juillet 2014

Le tour de rance

Tout le monde sait que le rance au-delà de l'odeur, est quelque chose qui a mal vieilli, qui approche la décomposition.
Je crois qu'il est facile maintenant d'imaginer qui est le leader, le maillot jaune de ce tour.
C'est le sosie de Louis de Funès quand il est rasé et ressemble à rien quand il ne l'est pas.
La vie n'est pas facile pour lui. Il a fait des bêtises ou pour le moins n'a pas été bien scrupuleux ou rigoureux.
On lui doit le respect de par ses fonctions précédentes. Cependant, de temps en temps, on se demande, s'il ne se foutrait pas de notre poire ? Du coup, on a plus de difficultés à l'écouter, à l'estimer voire même à le respecter. N'en fait il pas un peu trop dans le genre mélodrame ?
Certaines mises en scène ne frisent elles pas le ridicule ?
Cela dit, je n'ai pas vu la dernière "en direct". Désolé pas le temps, je travaille, moi. Et puis, certains parlent de livres qu'ils n'ont pas lus, de lois qui n'existent pas, de projet dont ils ignorent tout, je peux bien évoquer une émission à la con dont j'ai vu quelques extraits bien choisis....
Ce que je répète depuis des mois se confirme. Son retour à l'Elysee même simplement en candidat est impossible.
Je vais faire plaisir aux réacs, en citant Céline " l'histoire ne repasse pas les plats"
Il faut s'y résoudre. Il est exact que la situation est compliquée pour les droitistes. Pour revenir à rance, l'UMP proche de la décomposition est sûrement emblématique en la matière.
Ce n'est pas une raison pour s'accrocher aux gloires passées.
Giscard a toujours cru qu'il reviendrait. Par contre, il n'a eu aucun ennui avec la justice. C'est étonnant.
L'un serait plus honnête que l'autre ? Peut être que les soutiens irraisonnés de l'ex pourraient se poser des questions en ces termes. Cela pourrait les aider à tourner cette pauvre page de l'histoire et à choisir un autre leader qui n'aurait pas soixante douze ans par exemple.
Il arrive en effet que les élections comme en 2002, soient perdues pour tous.

2 commentaires:

  1. La citoyenne Carla Bruni qui hélas ne chante pas que dans sa salle de bain, en pensant qu'elle sera de nouveau "première dame", vient de participer à un hommage à Renaud de son vivant" ça c'est fait dit le PDG d'Universal en se frottant les mains".... Pour en revenir à l'ersatz de Françoise Hardy, il faut tout de même lui reconnaitre une sacrée prémonition. Reprendre "c'est quand qu'on va où" sorti en direct de la boule de cristal avec le quartier vip de la Santé à l'intérieur, c'est du pur génie! Quelqu'un m'a dit que la bande à Picsou devait commettre un second album prochainement?!. Je t'en prie Carla la Brune murmure nous "triviale poursuite" avec le clone de Louis la Grimace qu'on meurt de rire une bonne fois pour toute!

    RépondreSupprimer

L'emploi pour les nuls

Non, Monsieur Macron, les emplois aidés ne dénaturent pas la politique de l'emploi. Elle est constituée de nombreux axes de développeme...