vendredi 3 février 2017

Fillon, Macron, Hamon, Mélenchon, rêvons !

2017, l'année du rêve en politique.
Une campagne inédite, impensable, certains pourraient dire imprevisible.
Pourtant avec tous ces candidats en on, on aurait pu imaginer un scénario plus con que d'habitude.
Ces quatre là l'ont rêvé. La gagne au soir du 7 mai.
Bien entendu, aucun de ces quatre là ne gagnera.
Le premier plus empêtré que lui dans une affaire de détournement de biens sociaux, d'argent public, y a pas...au moins durant une campagne. L'homme exemplaire, le symbole de la probité, du dévouement et de l'abnégation,  est très proche d'un imbécile qui n'a rêvé toute sa vie que de respectabilité bourgeoise avec les codes du 19ieme siècle. Il a donc tout fait pour faire ce qu'il considérait comme reussir dans la vie. Probablement schizophrène ou au moins doué d'un dédoublement de la personnalité genre Cahuzac, il est parti tambour battant nous vendre une politique libérale mais conservatrice à la Tatcher. Un truc qui n'avait aucune chance de réussite à l'exception d'une victoire aux primaires de la droite. Il a pu en rêver, mais la fin est déjà arrivée.
Le second est un rêveur qui a décidé de faire rêver une part non négligeable de la population voulant bien voter. Des gens complètement disparates qui s'agglomerent bizarrement par désespoir peut-être.
Le troisième est celui qui a le plus le rêve en poupe. Le rêve de la vraie gauche mais au sein même du parti socialiste considéré pourtant comme la peste par d'innombrables ingrats. Avec lui, on rêve un peu, beaucoup surtout d'universel et de revenu. Et même, s'il on peut le soutenir un temps, on en est déjà revenu car le rêve ne dure qu'un moment.
Le quatrième est sûrement plus proche d'un faiseur de rêves que d'un politicien rêveur. Mais pour rester endormi et rêver encore, il ne faut surtout pas l'écouter ou l'entendre. Sinon le rêve se transforme trop vite en cauchemar. Ses colères, ses amitiés, ses modèles peuvent même empêcher de dormir.
Ainsi, comme j'ai pu l'écrire ici ou là, le vainqueur de 2017 n'est pas encore connu. Mais pour ce genre de scrutin, est il nécessaire de rêver encore ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire